Nootropique : comment vaincre votre anxiété naturellement?

lac-montagne-brouillard-japon

Les nootropiques sont des substances permettant de booster le cerveau. Elles sont devenues très populaires depuis quelques années notamment après la sortie du film « Limitless », dans lequel une pilule permet de décupler les performances intellectuelles du héros. Dans l’univers des « smart drugs », les nootropiques constituent une alternative naturelle très intéressante. Parmi les nombreux bienfaits de ces substances, elles constituent une aide pour vaincre l’anxiété naturellement.

Qu’est ce que les nootropiques ? 

Les nootropiques désignent des substances naturelles ou synthétiques permettant d’augmenter les capacités cognitives.

Le terme «nootropique» est l’invention du psychologue et chimiste roumain, le Dr. Corneliu E. Giurgea (1923-1995). Ce dernier a fait la découverte d’un nootropique synthétique, le piracetam, permettant de stimuler la mémoire, la concentration, la capacité d’apprentissage, et la créativité. 

Le terme “nootropique”  vient du grec “noos” signifiant “esprit” et « tropein », signifiant “tourner”, “s’adresser à”.

Selon les recherches du Dr. Corneliu E. Giurgea, les nootropiques présentent les caractéristiques suivantes :  

  • Ils améliorent la mémoire et l’apprentissage
  • Ils renforcent les fonctions cognitives lorsque celles-ci ont tendance à être perturbées par leur environnement. 
  • Ils protègent le cerveau contre les agressions chimiques et physiques
  • Ils améliorent la connexion esprit-système musculaire. 
  • Ils sont non toxiques. Ils ne présentent pas d’effets secondaires ni de risques de dépendance, contrairement aux psychotropes.  

Si l’on suit cette définition officielle des nootropiques, les substances présentant une toxicité ainsi qu’un risque de dépendance devraient être exclues. C’est le cas notamment de la caféine et de la nicotine. 

De même, certaines «smart drugs» telles que le modafinil ne correspondent pas non plus à la définition officielle car ils peuvent également présenter des risques d’addiction et d’effets secondaires. 

Les nootropiques sont très populaires aux Etats-Unis ainsi qu’en Angleterre. Selon cet article publié par la Harvard Business Review en 2016, 20% des étudiants de l’Ivy League utilisent une sorte de nootropique régulièrement.

Ces substances ont été popularisé notamment par le film “Limitless” dans lequel un écrivain (incarné par Bradley Cooper) découvre les pouvoirs d’une pilule, le NZT-48, permettant de développer une intelligence supérieure. 

Comment fonctionnent les nootropiques?

cerveau-neurones-nootrope-energie-mentale

Les chercheurs ont pu établir que les nootropiques permettaient d’améliorer les fonctions cognitives. Cependant les mécanismes conduisant à ces résultats n’ont pas encore été clairement identifiés. Par conséquent, les explications qui suivent ne sont que des suggestions d’actions possibles des nootropiques. 

Augmentent l’énergie mentale 

Le cerveau est un organe consommant beaucoup d’énergie. Il serait responsable de la consommation de 20 % des réserves énergétiques totales du corps. Les nootropiques augmentent l’énergie cérébrale en améliorant l’activité métabolique des mitochondries, considérées comme étant les «centrales énergétiques» des cellules.

Améliorent le fonctionnement des neurotransmetteurs 

Le bon fonctionnement des neurotransmetteurs favorise une bonne santé mentale et émotionnelle. Les nootropiques agissent à la fois sur la production et le bon fonctionnement des neurotransmetteurs. Ils aident à conserver l’équilibre de votre neurochimie. Toutefois, l’action sur les neurotransmetteurs doit se faire de façon ciblée en fonction du déséquilibre : 

  • L’acétylcholine agit sur la mémoire et la cognition.
  • La dopamine agit sur l’humeur et la motivation. Ce neurotransmetteur joue un rôle clef dans le circuit de la récompense.  
  • La noradrénaline agit sur la concentration.
  • Le GABA agit sur la régulation de l’humeur.
  • La sérotonine agit sur la détente, la satisfaction et le bien-être.
  • La mélatonine agit sur le sommeil.
  • L’adrénaline agit sur le niveau d’énergie.

Améliorent la circulation sanguine dans le cerveau

Les nootropiques favorisent une bonne circulation cérébrale, assurant à la fois l’apport nécessaire en nutriments et en oxygène aux cellules du cerveau. Lorsque le cerveau est bien irrigué, il peut alors fonctionner à plein régime. A contrario, lorsque la circulation s’affaiblit, les neurones sont moins bien alimentés, ce qui nuit à leur bon fonctionnement.

Protègent le cerveau 

Les nootropiques sont aussi souvent des neuroprotecteurs et anti-inflammatoires naturels. Certains champignons adaptogènes comme l’hydne hérisson possèdent des effets neuroprotecteurs ainsi que des propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires.

Favorisent la production des ondes cérébrales alpha 

Les ondes cérébrales correspondent à différents rythmes de fonctionnement du cerveau. Ils existent 5 ondes cérébrales principales, chacunes étant associées à un état spécifique :  

  • Les ondes gamma, des états de grande activité cérébrale.
  • Les ondes bêta, des phases d’activité cérébrale moyenne. 
  • Les ondes alpha, les phases de relaxation, de détente et de créativité.
  • Les ondes thêta, les états de transition du sommeil à l’éveil ou de méditation profonde. 
  • Les ondes delta, des états de sommeil profonds. 

Certaines substances nootropiques favorisent l’activation de certaines ondes cérébrales. La L-théanine par exemple est un acide aminé favorisant l’émission par le cerveau d’ondes alpha. Et la caféine est un stimulant naturel favorisant la production d’ondes bêta.

Diminuent le stress 

Certains nootropiques sont des adaptogènes, c’est-à-dire qu’ils améliorent les capacités de l’organisme à résister au stress. Ils protègent ainsi efficacement le cerveau contre les effets néfastes du stress. 

Comment donc les nootropiques peuvent agir pour vaincre l’anxiété? 

Les nootropiques favorisent la production de certains neurotransmetteurs jouant un rôle essentiel pour l’équilibre mental et émotionnel :

  • La sérotonine. Elle joue un rôle essentiel dans la régulation de l’humeur.
  • La noradrénaline. Ce neurotransmetteur joue également un rôle important dans la régulation de l’humeur. 
  • Le gaba. Il favorise la relaxation physique et mentale, la détente et le sommeil. 

De plus, en augmentant l’énergie mentale, en optimisant le fonctionnement cérébrale, et en luttant contre le stress, les nootropiques constituent un rempart efficace contre l’anxiété. 

Enfin, certains nootropiques comme la L-théanine favorisent la production d’ondes cérébrales propices à la détente et la relaxation, prévenant ainsi les troubles anxieux.   

Six nootropiques naturels pour soulager l’anxiété 

La rhodiole

La rhodiola rosea est une plante adaptogène connue et utilisée depuis des centaines d’années. Elle se développe dans des régions montagneuses de très haute altitude ce qui donne une idée sur ses grandes capacités d’adaptation. 

Elle est connue pour améliorer la réponse de l’organisme au stress, réguler l’humeur, et stimuler les performances mentales et physiques. La rhodiole dispose d’un grand potentiel dans le traitement de l’anxiété ainsi que la dépression légère à modérée.

Le bacopa monnieri

bacopa-plante-indienne-ayurveda

Le bacopa monnieri, aussi connu sous le nom de brahmi, est une plante adaptogène utilisée depuis des milliers d’années dans  la médecine ayurvédique.

Cette plante se développe à l’état sauvage dans des environnements humides et tropicaux. 

Le bacopa monnieri est utilisé traditionnellement dans la médecine indienne afin d’améliorer les facultés cognitives, diminuer l’anxiété, la dépression, les troubles neurologiques, et les convulsions.

Les recherches sur la plante ont pu montrer son potentiel pour stimuler les fonctions cérébrales, ainsi qu’atténuer le stress et l’anxiété.

L’ashwagandha

L’ashwagandha est une plante ancienne de la tradition médicale indienne, utilisée également en médecine chinoise.

Elle appartient à la famille des plantes adaptogènes, c’est-à-dire qu’elle améliore les capacités de résistance de l’organisme au stress.

L’ashwagandha comporte de nombreux bénéfices à la fois pour le corps et le cerveau.

Cette plante permet notamment de stimuler les fonctions cérébrales, et d’aider à lutter contre les symptômes de l’anxiété et de la dépression.

La L-Théanine

La L-théanine est un acide aminé présent dans le thé vert (camellia sinensis). Il permet notamment de favoriser la production d’ondes alpha par le cerveau, propices aux états de détente et de relaxation. 

La choline 

La choline est un nutriment semblable à une vitamine. Elle est utilisée par l’organisme afin de synthétiser l’acétylcholine, un neurotransmetteur jouant un rôle actif sur la mémoire et la cognition. 

Ce nutriment se trouve naturellement dans certains aliments tels que les œufs, le soja ou les fruits secs. 

La citicoline

La citicoline est une molécule présente dans notre cerveau et que l’on retrouve à faible dose dans certains aliments tels que le jaune d’oeuf, la viande, le poisson, les légumineuses et les noix.

La citicoline permet au cerveau de synthétiser certains neurotransmetteurs comme la dopamine et la noradrénaline. 

Elle joue un rôle clef dans la santé cognitive. Elle permet notamment de prévenir le vieillissement cellulaire du cerveau, faisant ainsi rempart à certaines maladies dégénératives telles que la maladie d’Alzheimer. 

Elle apporte un complément pour soulager l’anxiété et la dépression.

Six conseils pour vaincre l’anxiété naturellement

Accepter l’incertitude de la vie

Avoir une attitude de contrôle sur l’incertitude nourrit le sentiment d’anxiété. Il vaut mieux composer avec l’incertitude en cessant de vouloir tout contrôler.

La philosophie taoïste nous enseigne plutôt à apprendre à « flotter dans le courant », en nous maintenant en mouvement, entraîné par l’alternance du flux et du reflux, du yin et du yang sans opposer aucune résistance. 

Sois comme l’eau qui trouve son chemin à travers les fissures

Bruce Lee

il convient de s’adapter aux situations du mieux que l’on peut afin d’avancer dans la vie. 

Il est donc nécessaire d’apprendre à accepter une certaine anxiété car celle-ci fait partie intégrante de notre expérience humaine commune.

Lorsque l’on est confronté à l’anxiété, nous pouvons avoir tendance à vouloir supprimer ce sentiment désagréable. Or, la résistance contribue à renforcer le sentiment contre lequel on lutte. 

Selon le célèbre médecin et psychanalyste Carl Gustav Jung : 

« Tout ce à quoi l’on résiste persiste ».

La résistance à l’anxiété peut alors se traduire par des comportements d’évitement tels que la consommation d’alcool, de nourriture, ou d’informations télévisuelles. Cela augmente en fait le sentiment d’anxiété (c’est ce que les psychologues de troisième vague appellent « l’évitement expérientiel », l’évitement de l’expérience douloureuse ou de la souffrance).

Il ne s’agit pas de se libérer systématiquement de l’anxiété, il s’agit plutôt d’apprendre à vivre avec ce sentiment et avec nos émotions.

Il est possible de composer avec l’anxiété par exemple en prenant des notes sur un cahier lorsque ce sentiment nous envahit, en décrivant l’expérience sensorielle de la manière la plus précise possible, en nommant le lieu du corps où elle se situe, ses contours, limités ou flous, sa forme, sa couleur peut-être, son volume, sa densité et en observant avec curiosité la transformation de l’expérience, ce qui nous apprend l’impermanence : tout se transforme.

En apprivoisant notre anxiété, nous arrivons à mieux vivre avec. Il est aussi possible de s’appuyer sur des thérapeutiques pour réguler l’anxiété.

Affronter la peur de la mort

«Qui sommes-nous ? D’où venons-nous ? Où allons-nous ? Je réponds : en ce qui me concerne personnellement, je suis moi, je viens de chez moi et j’y retourne »

Pierre Dac

Lorsque notre santé est menacée, nous nous trouvons souvent confrontés à diverses peurs et inquiétudes. Celles-ci sont nourries par une peur originelle : la peur de mourir.

C’est pour conjurer la peur de la mort que le musicien compose de la musique, que l’acteur monte sur scène, que le peintre crée un tableau, que l’entrepreneur fonde une société, que le poète écrit, que le navigateur s’engage pour une course autour du monde en solitaire…

Afin de composer avec la peur de la mort, il est possible de s’engager dans la construction d’une vie riche de sens. 

Développer la résilience

« Tous les dragons de notre vie ne sont peut-être que des princesses qui attendent de nous voir beaux et courageux»

Rainer Maria Rilke

Notre esprit est souvent très performant lorsqu’il s’agit d’envisager le pire. Notre tendance naturelle est de surestimer les conséquences des événements et de sous-estimer notre propre capacité à y faire face. Nous disposons de bien plus de ressources que nous ne le soupçonnons pour faire face à l’adversité. Il est possible d’apprendre à réveiller le chevalier intérieur qui sommeille en nous pour faire face à ce que la vie nous propose.

Méditer

« On ne guérit d’une souffrance qu’à condition de l’éprouver pleinement »

À la recherche du temps perdu. Marcel Proust

La pratique régulière de la méditation permet de cultiver une relation féconde avec les émotions. Au lieu d’être envahis par les peurs, la tristesse, la honte ou la colère, nous pouvons apprendre — grâce à la méditation — à observer ces émotions et nous mettre en rapport avec elles afin de les transformer en force, à rentrer dans le processus « d’alchimie des émotions ».

La méditation permet de développer de la douceur et de l’amitié pour soi-même. Elle permet de rencontrer ce qui est douloureux avec tendresse et de savoir se réconforter.

Cultiver la joie 

Selon la pensée taoïste, la générosité, l’enthousiasme, l’amour, la joie permettent de stimuler l’énergie vitale. C’est lorsque l’on nourrit ces sentiments supérieurs que nous est alors accessible la joie essentielle, une forme de sérénité à toute épreuve.

Se nourrir de la nature

fôret-bains-detente-calme-bien-être

La joie se manifeste lorsque nous entrons en contact avec la nature. Nous pouvons faire cette expérience lors d’une promenade en forêt. 

Les japonais ont une pratique médicale très populaire qui consiste à réaliser des bains de forêt (shinrin yoku).

Lors de cette pratique, les participants sont invités à se relier aux arbres, aux végétaux, à écouter le chant des oiseaux. Ceci leur permet de se rapprocher de la nature, de sa capacité de guérison, son harmonie. Elle constitue un traitement efficace contre l’anxiété et la dépression.


Sources et références scientifiques : 

Carl Cederström, 2016, Like It or Not, “Smart Drugs” Are Coming to the Office

Stéphane Tetart, 2021, Neurohacking et nootropiques pour un cerveau au top de ses perforamances

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.