Mycothérapie : guide de la science des champignons

mycothérapie-propriétés-champignons-fonctionnels

Et si la mycothérapie était la médecine naturelle de demain ? 

Apparus il y a plus de 900 millions d’années, les champignons sont des véritables héros de l’évolution. 

Ils ont réussi à survivre aux pires éruptions volcaniques, séismes et autres catastrophes naturelles. 

Vous vous demandez peut-être quel est le secret de leur résistance ? 

D’après certains chercheurs, les champignons ont su développer au fil de l’évolution des capacités d’adaptation hors du commun. 

Bizarrement, le grand public ne connaît pas bien les propriétés médicinales de ces champignons.

Pourtant, des preuves attestent aujourd’hui que les champignons auraient été à la base des premiers traitements thérapeutiques des hommes. 

Des champignons tels que le reishi ou le chaga possèdent d’innombrables qualités tant sur le plan nutritionnel que thérapeutique. 

L’intérêt thérapeutique de ces champignons a conduit à la création d’une nouvelle branche dans la sphère des médecines alternatives : la mycothérapie. 

Nous allons faire le point dans cet article sur cette médecine douce. 

Qu’est-ce que la mycothérapie ? 

champignons-médicinaux-chinois-pour-booster-energie-immunité

La mycothérapie est une discipline qui étudie les propriétés médicinales des champignons. 

Elle appartient en France au registre des médecines non conventionnelles en raison du manque de preuves scientifiques de ses bienfaits. 

Cependant ce statut de médecine alternative est remis en cause depuis les années 2000.  Depuis cette date, des champignons comme le reishi ont fait l’objet de plus de 1000 études scientifiques, dont les résultats ont attiré l’attention de la communauté des chercheurs dans le monde entier. 

Selon certains mycologues, la mycothérapie n’a rien d’une médecine naturelle de second rang. Car elle elle s’utilise depuis des milliers d’années dans le monde entier. L’humanité a depuis ses débuts eu conscience du potentiel thérapeutique des champignons.

Le premier homme à utiliser la mycothérapie

L’utilisation médicinale des champignons remonterait à l’époque du néolithique.

Le 19 septembre 1991, dans un glacier des Alpes, un couple de randonneurs fait une découverte révolutionnaire pour l’histoire de la mycothérapie. 

Ce couple découvre un homme momifié ayant vécu vers  3200 av. J.-C, à l’époque du néolithique. Cet homme préhistorique, baptisé Ötzi par les chercheurs, porte une besace contenant des morceaux de champignon. Celle-ci contient 4 espèces : le polypore du bouleau, l’amadouvier et le chaga.

Selon la thèse du Dr. Marie Rampin, Ötzi utilisait le polypore du bouleau comme un agent infectieux pour se soigner.

Ötzi aurait donc été le premier homme sur terre à utiliser les propriétés médicinales des champignons.

Histoire de la mycothérapie

En Asie, les champignons médicinaux figurent dans la pharmacopée chinoise et japonaise depuis plus de 2000 ans. Les premières traces d’un usage médicinal des champignons remontent au Japon en 199 avant notre ère. Les chinois font cadeau à l’empereur Chuai de shiitaké (lentinula edodes) afin de manifester leur respect. 

En Europe, les traditions médicales populaires utilisent aussi les champignons depuis des temps anciens. Les chamanes et les druides ont connaissance à l’époque des propriétés thérapeutiques des champignons.

Et en Grèce antique, le grand médecin Galien de Pergame (129-201 ap. J.-C), réalise déjà à l’époque des préparations à base de champignons médicinaux. 

Or à la fin de l’époque romaine puis sous la dynastie mérovingienne et carolingienne, l’usage des champignons est diabolisé au fur et à mesure du remplacement du druidisme et des religions antiques par le christianisme. 

Puis au XIXème siècle et début du XXième siècle, l’avènement de la science moderne fait passer les médecines naturelles au second plan. La médecine classique prend le pas sur les traitements à base de plantes et champignons médicinaux.  

La mycothérapie acquiert ses lettres de noblesse en Occident grâce notamment au travail du mycologue Paul Stamets. Cet auteur américain ouvre la voie à la mycothérapie à la fin des années 1990 en publiant deux ouvrages importants : Growing Gourmet and Medicinal Mushrooms et MycoMedicinals: An Informational Treatise on Mushrooms. L’invention ainsi que la définition du mot « mycothérapie » serait attribuée à ce passionné de champignons.

En France, de grands progrès ont pu être faits en mycothérapie grâce aux travaux du célèbre naturopathe Alain Tardif ainsi qu’aux travaux de recherche du médecin et gastro-entérologue, le Dr. Donatelli.

Bienfaits des champignons médicinaux

reishi-ganoderma-lucidum-lingzhi-booster-immunité

Les champignons possèdent un intérêt qui est double pour la santé :

  1. Un intérêt nutritionnel. Les champignons sont une excellente source de fibres et de protéines. Ils apportent également à l’organisme une grande quantité de nutriments essentiels au bon fonctionnement de l’organisme. Véritable super-aliments, ils contiennent notamment des vitamines du groupe B (B2, B3 et B5), de la vitamine D ainsi que des nombreux minéraux et oligo-éléments (cuivre, potassium, magnésium, zinc, sélénium, glutathion, et l-ergothioneine).
  1. Un intérêt thérapeutique. Les champignons possèdent aussi des propriétés thérapeutiques permettant de soigner certaines affections. Cela s’explique par la présence dans ces champignons de puissants principes actifs tels que des bêta-glucanes, des lectines, des terpènes, et des terpénoïdes.

Propriétés des champignons médicinaux 

bienfaits-des-champignons-médicinaux-pour-la-santé

Les champignons médicinaux possèdent des propriétés variées et multiples en fonction de leur espèce. Toutefois, selon cette interview du Dr. Donatelli, ils possèdent une base de propriétés communes :

  • La régulation du système immunitaire.
  • Une action antivirale. 
  • Un potentiel anti-cancer.

Depuis une vingtaine d’années, de nombreuses études cliniques ont pu apporter les preuves de ces propriétés.

Les champignons médicinaux auraient un comportement proche des plantes adaptogènes comme le ginseng ou l’astragale. Ils améliorent les capacités de l’organisme à résister à la fatigue et aux agressions d’agents pathogènes.

Cela s’explique par la présence de principes actifs tels que les bêta glucanes, connus pour renforcer la capacité du système immunitaire à se défendre contre le stress oxydatif.

Enfin les champignons sont particulièrement riches en antioxydants, ce qui en font des alliés dans la lutte contre le cancer. Le chaga notamment est l’aliment qui contient le plus d’antioxydants dans le monde, loin devant les myrtilles, le cacao ou le curcuma. 

Top 10 des champignons les plus utilisés en mycothérapie

chaga-inonotus-obliquus-champignons-chinois
  1. Le chaga. Le grand écrivain russe Soljenitsyne popularise ce champignon dans son livre “Le pavillon des cancéreux”. Il cite le chaga comme étant un champignon aux vertus anti-cancer.
  2. Le reishi. Le reishi est la grande star de la médecine traditionnelle chinoise. Très populaire en Chine, il porte le surnom de “champignon de l’immortalité” en raison de ses multiples vertus médicinales. 
  3. Le cordyceps. Ce champignon tibétain possède des propriétés énergisantes. Selon certains articles, le cordyceps aurait été le secret des performances athlétiques chinoises lors des jeux olympiques d’été de 1984.
  4. Le maitake. Le maitaké est un excellent adaptogène. Il s’utilise pour améliorer la résistance au stress, stimuler l’immunité notamment dans le cadre de traitements contre le cancer. 
  5. Le shiitaké. Le shiitaké figure parmi les champignons les plus cultivés au monde. Il est notamment un allié du système digestif, aidant à lutter contre des maladies comme la candidose.
  6. Le champignon du soleil. Les brésiliens le surnomment « champignon de longue vie”. Le champignon du soleil s’utilise dans la pharmacopée traditionnelle afin de préserver la santé.
  7. La crinière de lion. Cette espèce de champignons est un neurostimulant naturel. Elle appartient à la famille des nootropiques aux nombreux bienfaits pour le cerveau. 
  8. Le queue de dinde. Ce champignon présenterait notamment un potentiel pour stimuler le système immunitaire chez des patients atteints de cancer. 
  9. Le coprin. Le coprin, en plus d’être un champignon médicinal, est un excellent comestible. Il comprend notamment un puissant actif, le vanadium, connu pour réguler la production d’insuline.
  10. Le polypore en ombelle ou poule des bois. Ce champignon est très prisé au Japon pour ses vertus sur l’immunité.

Mycothérapie dans la médecine chinoise

medecine-traditionnelle-chinoise-herbes-et-champignons-chinois

En Chine, de nombreux écrits relatent la consommation des champignons médicinaux à des fins thérapeutiques. 

Dans le célèbre traité d’herboristerie chinoise, le Shennong Bencao Jing, des champignons comme le reishi sont répertoriés dans la catégorie des herbes toniques supérieures, capables de tonifier l’énergie vitale et préserver la santé tout au long de la vie. 

Sous la dynastie des Tang (618 à 907 ap. J.-C), un étrange champignon tibétain, le cordyceps, est réservé à l’empereur de Chine ainsi qu’au Dalaï Lama afin d’augmenter leur longévité. 

En médecine chinoise, les champignons sont de grands alliés de la santé. 

Ils s’utilisent généralement pour stimuler le système immunitaire et renforcer l’énergie vitale, le “Qi”. 

Effets secondaires 

Quasiment sans réels effets secondaires, les champignons sont généralement bien tolérés. Cependant, il convient de les consommer dans le respect des doses indiquées. 

Par mesure de précaution ces champignons sont déconseillés pour les femmes enceintes ou allaitantes. 

Également, pour les personnes suivant des traitements anticoagulants ou antidiabétiques, il est préférable de demander l’avis d’un médecin avant toute consommation.  

Top 3 des meilleurs livres de mycothérapie 

  1. Growing Gourmet and Medicinal Mushrooms. Ce livre de Paul Stamets est considéré comme étant le premier ouvrage rédigé sur la mycothérapie. C’est une bible sur la culture des champignons et leurs propriétés médicinales. Le seul inconvénient pour les lecteurs francophones est que cet ouvrage existe uniquement en anglais.  
  2. Traité de mycothérapie. Ce livre du célèbre naturopathe Alain Tardif fait aujourd’hui autorité en France dans le champ de la mycothérapie. Il est une encyclopédie des connaissances actuelles dans cette discipline. Ce livre particulièrement pointu s’adresse à un public averti.
  3. Les champignons de santé et de longévité. Ce livre rédigé par les auteurs Jean-Claude Secondé et Jacques Mandorla est une bonne porte d’entrée pour découvrir les bienfaits des champignons médicinaux. C’est probablement le livre le plus accessible pour le grand public. 

La mycothérapie pour les animaux 

chien-animal-mycothérapie-champignons-médicinaux

Depuis quelque temps, la mycothérapie pour animaux domestiques se développe dans certaines cliniques vétérinaires. Certains médecins vétérinaires, spécialisés en thérapies alternatives ont parfois recours aux champignons médicinaux pour soigner certaines affections de chiens ou de chats. 

Les champignons sont essentiellement utilisés pour booster l’immunité des animaux. Ils permettent notamment de renforcer le système immunitaire des animaux afin de combattre les allergies, les parasites et le stress.

Par ailleurs, certains champignons tels que le reishi, le chaga, le shiitaké ou le maitaké possèdent des propriétés anticancéreuses. Ils peuvent ainsi être utiles pour prévenir la propagation de certains cancers chez les animaux.

Existe-t-il des formations en mycothérapie ? 

  • Valérie Soukherepoff, mycothérapeute et auteur de plusieurs livres sur la médecine des champignons, propose des formations en Suisse et en France. Lors de ses stages, elle présente les origines de la mycothérapie, les champignons médicinaux les plus couramment utilisés ainsi que leurs propriétés. Valérie Soukherepoff est aussi l’une des rares formatrices à parler des thérapies naturelles associées à la mycothérapie. 
  • Il existe également plusieurs écoles de naturopathie qui proposent des formations en mycothérapie. L’école AEMN fondée par le spécialiste de la mycothérapie en France Alain Tardif, propose notamment des stages en mycothérapie dans leurs locaux à Paris, Saint-Etienne, Vannes, Pau, Aix-en-Provence, Nancy ou Lille.

Conclusion 

La mycothérapie est la médecine des champignons. Elle est une discipline apparue à la fin des années 1990 dans le champ des médecines alternatives. Pourtant l’usage thérapeutique des champignons ne date pas d’hier. Les champignons médicinaux figurent parmi les pharmacopées traditionnelles de nombreux pays depuis longtemps. Les champignons médicinaux s’utilisent essentiellement pour stimuler l’immunité ainsi que pour leurs propriétés antivirales et anticancer. Depuis 20 ans les publications sur les bienfaits des champignons se sont multipliées, éveillant la curiosité de chercheurs dans le monde entier. La mycothérapie figurera peut-être bientôt parmi les grandes médecines alternatives de demain ?  


Sources et références

Paul Stamets, 2000, Growing Gourmet and Medicinal Mushrooms 

Paul Stamets, 1999, MycoMedicinals: An Informational Treatise on Mushrooms

Marie Rampin, 2007, Champignons « médicinaux » : de l’usage traditionnel aux compléments alimentaires 

Michèle Aquaron, 2008, Dernières nouvelles d’Ötzi, l’homme des glaces

Michèle Aquaron, 2005, Ötzi témoin et messager de notre passé

Alain Tardif, 2021, Traité de mycothérapie

Alain Tardif, 2016, Les champignons médicinaux

Jean-Claude Secondé et Jacques Mandorla, 2014, Les champignons de santé et de longévité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.